jeudi 31 janvier 2008

La crapule au mp3



Lorsque je débarque dans ma salle avec mes grumeaux sous le bras j'attends le silence avant de balancer "asseyez-vous".
Puis je cherche le foutu cahier de texte que Fanfan a encore oublié en cours de Maths, et comme à chaque fois je l'invite nerveusement à se bouger le derch' pronto.
En attendant le calme relatif je chope mon cahier fourre-tout que si je le paume je meurs dans la seconde. Dedans je note tout tout tout, un carnet de bord version fouine.

20 classes donc 20 onglets, 20 listes, 20 colonnes avec les dates des cours pour savoir qui a été déplacé, qui m'a saoulé, qui a séché, qui a failli se faire boxer et qui a été jarté. 20 trombinoscopes, 20 emplois du temps, 20 gangs.

Quand j'ai réussi à mettre la main sur le graal je peux faire cours.

Ce petit rituel achevé j'attaque le cours, mais avant je veux entendre la mouche voler. Sauf que mardi dernier y'avait un bruit de fond qui grésillait. Je me transforme en inspecteur La Fouine et tente de trouver lequel des 3ème Gogolles a laissé son mp3 cracher de la tecktonik.

Bastien? rien à part le souffle du courant d'air crânien...
Fanfan? rien à part le bruit frénétique du mâchage élégant de chewing gum...
Pétozor? je ne m'en approche pas, mon odorat en serait affecté à vie.

Je tourne en rond, je profère des menaces, je peste après la classe jusqu'à...

Jusqu'à ce que le grésillement se fasse plus fort dès lors que je me rapproche du tableau et du bureau...

Bordel... c'est moi la crapule au mp3!

*moment de honte intense*

Madame il est où votre carnet?
Madame jvous mets 3 croix et un mot à faire signer par vos parents!
Madame jvous le confisque et je le donne au Principal!

Ils auraient pu me dire ça. A la place j'ai affiché un sourire gêné et Fanfan a dit:
"bon Madame on vous pardonne cette fois-ci mais que celà ne se reproduise plus!"

...avant que Bastien ne balance:
"ohh la prof est toute rouge c'est mimi!"
Bien sûr le tout était accompagné de 28 paires d'yeux qui ont scanné mon rougissement.

ps: Le morceau qui grésillait super fort était "Paint It Black" des Rolling Stones. Et avant ça devait être "Citizen Erased" de Muse, vive les riffs.

mercredi 30 janvier 2008

Jules le poilu des 3ème Gogolles

Aujourd'hui un extrait éditifiant d'une conversation de ma journée d'hier, journée de 6h, 6 classes, et des tarés à gogo:

Voici mon ouinneur toute catégorie, Jules des 3ème Gogolles du lundi en dernière heure:


"Jules arrête de parler et mets toi au boulot!"
"mais c'est pas moi Mdam'! C'est Fanfan qui parlait!'
"Et depuis quand Fanfan a une voix d'homme? [...] enfin homme je dis ça mais t'es pas encore un homme vraiment hein..." Là j'aurais dû la boucler mais c'était plus fort que moi...
"Koâââ?" qu'il gueule dans la classe
"..." air dépité

"Attendez j'ai du poil au zboub hé!!!"



Consternée, j'ai failli lui répondre que ce n'est pas le poil qui fait l'homme mais j'ai dû me retenir pour ne pas que ça parte en vrille...

lundi 28 janvier 2008

Stitch mon héros de 15 ans

Dans la liste des moments précieux qui balayent instantanément tous les moments pourris de ton boulot, y'a celui où tu croises tes anciens élèves.

Ceux qui te saoulaient à lever la main à chaque trait tracé, ceux que tu voulais boxer, ceux dont le seul nom te faisait frissonner d'horreur et ceux que tu chérissais.



Cette année j'ai récupéré une bonne moitié de mes anciens élèves.
Je recroise quotidiennement les anciens, des ptits 5ème bouillants jusqu'aux grands bétas de 3èmes.

Crois le ou non mais même celui qui me détestait à force de bombarder son carnet de pavés littéraires, regrette mes sujets et mes conneries. Même celui qui rechignait à apprendre son cours sur le design a refait son cahier d'arts plastiques pendant les vacances, il a googeulisé mes références et a même pris en photo ses travaux. Quand j'ai découvert ce trésor il y a plus d'un mois, j'ai littéralement buggué sur place.

Cet ex-élève je le surnomme Stitch en référence à lui en-dessous, c'est parti d'un cours de l'an dernier où le grumeau sautillait en permanence, mais je ne pourrais même plus expliquer précisement la raison exacte.



Depuis le début de l'année Stitch court dès qu'il me voit chercher mes grumeaux dans la cour. Il a une acollyte en permance avec lui, adepte du total look Cindy Lauper des années 80 mais le tout remasterisé années 2000. Il me demande comment je vais, comment sont mes élèves, tout en cherchant à savoir lesquels il peut frapper pour me venger.

Chaque mercredi à 9H25 tapantes il va en cours d'arts plastiques avec ma collègue, et chaque mercredi il me squatte pour savoir mes sujets et pour me dire combien sa vie est vide sans moi.


Ahhhh! encore toi! que je fais en me cachant les yeux
Bonjour Madââââme, ça va ?
Je suis si indispensable à ta survie? que je lui fais comme chaque mercredi
Oui. Totalement.
Bon Stitch ça sert à rien de faire de la lèche tu sais bien que je ne peux plus agir en ta faveur au conseil de classe!
Nan mais ce qui était bien l'an dernier avec vous, c'est qu'on rigolait bien!
Attends vous rigoliez sur moi ou bien?
Non justement on rigolait avec vous, c'est ça qui me manque.


Ah comme il est meugnon ce Stitch.
Juste avant d'avoir mes 4ème Tarés, c'est ma bouffée d'oxygène.
Ce trop plein de gentillesse désintéressée...


Quelques instants plus tard je vois débarquer mes 4ème Tarés au loin, l'un d'entre eux cogne sur l'extincteur. Pas de répis pour bibi le mercredi matin.

Heureusement comme je suis dans une salle qui communique avec l'autre salle d'arts plastiques, je peux durant le cours, lorsque je vais chercher du matériel (rooo l'excuse), retrouver quelques bouffées stitchienne avant de retourner dans l'arène avec les fauves.


Rien que pour ce sourire échangé, ça vaut le coup de subir des moments pourris où tu te trouves nulle, dépassée et incompétente.

dimanche 27 janvier 2008

Un samedi sous le signe de Mappy

Samedi dernier avec Fressine on a fait une chasse aux créateurs dans Paris afin de tester le nouveau gps piéton de Mappy.

Avant d'avoir en main ce mappy mini on nous a brieffé sur le produit et nos neurones ont dû se perdre à ce moment là, trop occupés à matter la faune blogueuse et à reluquer le pot rempli de cochonneries au chocolat.

Voilà la bête de 156 grammes qu'il a fallu domestiquer.

On nous a filé une enveloppe avec une adresse de créateur, à chaque visite on avait une autre enveloppe, et ainsi de suite.

Mieux que Pékin Express, Mappy express!

Voilà le résumé du périple:

"Mais pourquoi c'est vert et pas rose le fond?"
"Attends attends moi je veux la voix qui nous indique le trajet!"
"Ah jviens de comprendre... le fond est vert parce que c'est la couleur de mappy..."
"Mais on est dans le bon sens au moins?"
"Oh une boutique Bel Air on y va!"
"Mouais c'est laid y'a rien de top pis tu parles de soldes..."
"On est dans le mauvais sens depuis le début jcrois bien..."
"dans 980m tournez à gauche."
"La rue charonne encore elle...jen peux pu de cette charogne interminable."
"Oh des jolis sacs en couïr tout mou!"
"Bon normalement là y'a un passage secret, faut juste traverser le mur du Franprix et on y est."
" Quoi? au 4ème sans ascenseur, c'est une blague?!"
"Dans 330m tournez à gauche les greluches!"


Bilan Mappyesque

Quand t'as tous tes neurones connectés tu comprends comment la bête fonctionne.
Bon faut aussi être indulgent parfois y'a pas de signal. On a eu du bol on l'a toujours eu celui-là.
On a aussi eu 2 requêtes:
--> Pourquoi c'est toujours une voix de femme? parce qu'une voix d'homme c'est trop directif qu'on nous a répondu...bon et pourquoi on nous laisse pas le choix, ça pourrait être une option non?

--> Pourquoi le fond du mappy mini n'est pas rose? bien sûr cette remarque vient de Fressine.


Bilan des cascades

1 agression de grumeau avec ballon près d'un square
3 faux mangeage de poteau
1 bus évité
1 boutique Bel Air visitée
1 sapin mort évité
2 pieds lessivés (aucune ampoule à déclarer)


Bilan shoppinguesque (réel et virtuel)

2 bijoux (sautoir & boucles d'oreille) achetés chez Tassia Cannelis où je me suis retenue pour pas dévaliser tout son stock. Ses créations sont subtiles, discrètes et fines tout comme j'aime (photo de la créatrice ci-dessous).
1 veste plissée magnifique repérée chez Koshka Mashka.
2 fringues repérées chez Charlotte Sometime.


Teaser (avec une voix off à l'américaine à la Léonard Cohen)

Prochainement dans Pédagogie & Futilité une photo du lobe circoncis...

vendredi 25 janvier 2008

La circoncision du lobe droit ou comment mon frère m'a van goghisé à 4 ans

Aujourd'hui je vais te parler de mon corps. Oui la blogueuse se dévoile et elle veut augmenter ses statistiques par n'importe quel moyen scabreux.

Il faut que tu saches que j'ai un point commun avec un grand peintre, cet artiste est mondialement connu et en général tu sais pas prononcer correctement son nom, non tu ne sais pas. Cette référence picturale est Vincent Van Gogh. En général tu prononces le "g" à la fin et bordel tu dois stopper cette horreur verbale. Je t'apprends qu'en tant que nourrisson baignant dans le gouda, ce cher Vincent prononçait son nom comme ceci: [vango].
Voilà ça c'était pour ton apport de culture confiture quotidien.

Un après midi tranquille dans la demeure familiale, dans les années 80, mon frère s'amusait avec une paire de ciseaux tandis que je m'adonnais à mon jeu préféré, le gribouillage intempestif de parquet. Nos parents imperturbables étaient dans la salle à manger en train de faire les comptes, activité dominicale déprimante.
Tout à coup un cri retentit, le mien tel un cochonnet qu'on égorge, mon frère venait de charcuter le lobe de mon oreille droite. Mes parents affolés arrivent au pas de course.
Et là cette scène d'horreur absolue digne d'une production d'Argento se transforma miraculeusement en comédie burlesque :

*imagine le cri d'une petite fille de 4 ans* + 2 gamins qui pleurent en même temps.
Le plus grand hurle en continu:
"je veux pas aller en prison! jveux pas aller en prison!"
et la morveuse que j'étais surenchérit:
"jveux pas que M. aille en prison! jveux pas que M. aille en prison!"

Mes parents m'ont toujours dit que je pleurais non pas parce que j'avais mal, mais parce que j'avais peur que mon frère aille en prison. Déjà altruiste à cet âge.

Il m'a donc amputé ce salopiot. A peine je touchais au domaine artistique en m'attaquant au parquet (et au tapis au passage avec de l'encre de chine c'est tellement mieux), que mon frère a circoncis mon oreille.
Etait-ce un signe de ma destinée?
Ou alors un parallèle douteux pour me faire comprendre que la seule renommée possible est celle posthume?


Autoportrait à l'oreille coupée, 1889

Depuis j'exhibe fièrement mon lobe droit, seul héritage van goghesque connu.
Vincent a mutilé son lobe gauche, c'est dommage que mon frère se soit loupé.
Désormais quand tu verras une bouille en talons hauts qui évite les grilles et les graviers dans les rues de Paris, tu fixeras son lobe.
Le lobe droit aussi, n'oublie pas!

mercredi 23 janvier 2008

Le ceinture Led, plus sexy tu meurs

Depuis septembre j'ai jamais pu échapper à la vision d'horreur de boufferie de Francis le dégueulasse. Il a fallu que je t'en parle hier pour que par miracle je le croise l'air repu le ventre bien tendu - qui l'eut crû?

C'est donc détendue que je me rends à la cantoche savourer de succulents salsifis quand tout à coup Bastien me tombe dessus pour me parler de sa dernière note. Comme si je me souvenais de tous les travaux et résultats de mes 600 grumeaux? Il me prend pour une no life de l'enseignement ou bien?

Après y'a Kévin le bogoss' des 3ème Glandus qui m'expose sa ceinture new generation avec une boucle qui crache des phrases fluos à 8h du mat'... j'en ai fait fracasser mon plateau de salsifis sur le carrelage du réfectoire. Kévin s'est transformé en grumeau sandwich fluo comme ceci:

Lorsque j'ai vu cette horreur pour la première fois c'était sur le frère de Kévin, Melvin des 5ème Mous du bulbe. Oui les parents ont eu un petit dernier qui se prénomme Alvin, même que j'ai demandé si le nom de famille allait changer pour" éléchipmunk" mais là ils ont pas saisi mon humour de haute voltige.

J'étais devant ma salle à attendre les retardataires quand je croise au loin une petite lumière bleue qui s'avance. Puis cette lumière est devenue une lettre, un mot "SEXY" qui t'agresse les yeux dès la première heure de la journée. OH MON DIEU que j'ai fait dans mon for intérieur, un peu à la manière de Yann Barthes. Serait-ce une vision de notre messie le dieu sauveur des profs? Serait-ce le trop plein de caïpirinhas engloutie la veille?

Bon par contre je t'avoue que j'ai fixé longtemps la boucle pour lire les mots qui défilaient. A un moment j'ai pris peur réalisant l'endroit que je mattais: "OH MON DIEU il va me prendre pour une perverse change la direction du regard, change le point de vue bordel".

C'est là que j'ai changé de cible en m'interrogeant sur la nouvelle coiffure saut du lit + gel de la veille de mon héros, Marvin le tapoteur de pied droit monté sur ressort. Cette coiffure fait fureur chez les grumeaux depuis l'an dernier déjà. Ne va pas croire que tu peux t'amuser à décoiffer le môme, il en va de ta survie... celle de ta main. Celle qui va se glisser dans les croûtes de gel séché et de sébum exacerbé. Miam.

Oui le grumeau est cracra, ça le rend attachant comme un morback. Mais si je m'embarque dans cette histoire de morpion avec toi je m'en sors pas, y'a tellement à dire que j'en parlerai à un autre moment.

ps: Même si j'ai évité la vision d'horreur du midi avec Francis, je te rassure sur un point. Je n'ai pas réussi à échapper à son habitude de traîne-savate et je l'ai supporté pendant 2h dans la salle des profs... la vie scolaire était fermée et l'infirmerie aussi...t'as pas assez prié pour moi.

mardi 22 janvier 2008

Francis le traîne-savate

Dans mon bahut j'ai un ouinner parmi mes collègues qui surpasse parfois le pire de mes Kévin accouplé avec Bastien des 3ème Abrutis.Cette exception c'est Francis, un quadra prof de techno.
D'avance pardon à Charly pour ce qui va suivre, représentant incontournable des profs de techno.

Francis est le boulet de la salle des profs. Personne lui parle, mais ça ne l'empêche pas pour autant d'en placer une. Souvent il se prend des tornades, à ce niveau là ce ne sont plus des vents. Au début de l'année dernière, j'avais un peu mal au coeur pour le bonhomme mais ce stade est dépassé tu penses, maintenant j'en suis réduite à trouver des stratégies pour l'éviter.

Avant de t'en parler tu dois savoir pourquoi Francis se mange des mistrals quotidiennement.

  • Il ne sait pas marcher sans faire de bruit. Tu l'entends arriver depuis le couloir à sa manière distinguée de traînasser les pieds. C'est tellement oppressant que tu as envie de lui faire bouffer ses talonnettes! Parce que oui détail essentiel, Francis est petit, plus petit que moi (ce qui me redonne le moral je te l'avoue).

  • Francis adore se mettre derrière moi -attends que je finisse ma phrase sale pervers- surtout quand je suis sur l'ordinateur de la salle des profs, en train de matter des blogs ou lorsque je tape frénétiquement des mails. J'ai beau essayé de lui faire comprendre par un regard "c'est bon ohé tu te crois où malautru?" mais il a du mal Francis, ça lui arrive même de lire à voix haute ce que je tape...oui c'est hallucinant ce concentré de sans-gène en un seul homme.

  • Francis ne sait pas manger proprement, mais surtout il a le neurone "repas" qui clignote comme un taré quand sonne l'heure de la ripaille. Il ne sait pas manger un aliment à la fois. Je sais bien que les mélanges c'est génial. Mais tout fourrer dans sa bouche, le pain+ le plat principal+ la sauce+ un coup de rouge tu crois que c'est supportable visuellement pour le voisin de table? Non. Surtout que je suis trop souvent celle qui se tape cette vision affreuse. J'ai beau feinter pour ne pas être en face de lui, y'a toujours un voisin adorable qui se barre quand Francis débarque, et qui va s'en prendre plein les mirettes ce midi? bah c'est bibi. Du coup j'essaie de manger sans regarder en face de moi, alors les yeux dans l'assiette, sur le côté...mais quand les bruits ne sont pas en option c'est insoutenable.

  • Francis se greffe très souvent dans une conversation à laquelle il n'est pas convié. Il arrive par derrière, oui encore, et te fixe avec ses yeux globuleux de fouine pendant que tu racontes ta blague ou ta dernière connerie faite en cours. Du coup tu es perturbé et ta blague tombe à l'eau (bordel combien de fois il m'a bousillé mes chutes). Encore si ce n'était que de la présence, on pourrait l'ignorer, mais non, Francis en profite pour te couper la parole et placer sa connerie qui ne fait glousser que lui.

Tu vois tous les défauts de fabrication du phénomène? et encore j'ai du en oublier.

Quand le mardi j'ai + de 2h de trou après le repas et que je veux être peinarde, j'évite à tout prix la salle des profs car au même moment Francis rôde. En général je squatte la vie scolaire, mon refuge. Je repère sa sacoche années 80 et si j'entends le moindre bruit de traîne-savate je fuis telle une marmotte traquée en plein été (oui je suis la réincarnation de cet animal sache le). Pour la cantine je dois trouver d'autres feintes car trop souvent je suis la victime de ses machouillâges bruitâges dégueulasses.

Bordel aujourd'hui on est mardi...prie pour moi.

lundi 21 janvier 2008

Histoires honteuses: le compostage de CB




Aujourd'hui j'inaugure une nouvelle rubrique: les Histoires honteuses.

Parce que je me surpasse aussi dans ce domaine sache le.

1ère anecdote, le jour où j'ai composté ma carte bleue. Non tu n'as pas mal lu, il y a bien le verbe composter et le mot carte bleue dans la même phrase.
Je dois replacer le contexte de ce drame pour titiller ta bonté:


Reprenons tout en choeur : "Lors de mon année de stage"...

Javais un tuteur dépressif qui sévissait dans un autre collège que le mien en pleine cambrousse alsacienne. Ce bled n'avait pas de gare, ce détail est important.

A la place y'avait un bel appareil tout automatisé et ce monstre à la gueule ouverte:

L'ancêtre du compostage qui te faisait un trou sur ton billet, carrément plus pratique pour voir que t'es en règle que cette foutu inscription qui tâche tes doigts boudinés. Plus pratique et sans pitié, un vrai monstre orange à l'oeil cyclopien vert.


Un mercredi matin je prends le rer local, à savoir le ter (il m'a fallu 5 minutes pour retrouver le nom, preuve de mon parisianisme aïgu?) pour débarquer dans le bled. Vu que c'est assez loin de mon home sweet home et que la fréquence du ter est incomparable avec celle de mon rer actuel, je me suis levée à 4h du mat' avec à peine 3h de sommeil... pour observer 30 grumeaux et mon tuteur dépressif sur un tabouret qui bousille le fessier.


A midi je retourne à la fausse gare pour prendre mon billet. J'ai dans une main le reçu de la cb avec la cb et mon portefeuille, et dans l'autre le billet avec mon sac, très lourd le sac. Je m'approche de la sale bête qui composte le billet avec un soupçon de fatigue intense à laquelle tu rajoutes une absence momentanée de logique et d'intelligence, et là je tends ma CB dans la gueule ouverte de ce monstre. C'est à ce moment là, bien avant le chlak définitif et castrateur, que mon neurone intelligent a décidé de se rappliquer. Trop tard le chlak a défiguré ma compagne shoppinguesque.


Comment allais-je survivre sans elle? Comment ma soif shoppinguesque allait-elle être étanchée? Je suis dans la mouise et bien dedans...


Epilogue

Dans ma connerie j'ai eu du bol, la puce n'a pas été touché. J'ai donc pu utiliser ma cb compostée pendant un bout de temps ce qui a provoqué, tu t'en doutes, pas mal de remarques, de mensonges et d'autres histoires honteuses pour le coup...


ps: La boucle est bouclée, j'aime le teasing.

samedi 19 janvier 2008

La 2ème minute Pub


Oui je te saoule encore avec de la pub mais cette fois-ci t'as de la lecture.

C'est l'histoire d'un mec, Xavier, qui a décidé d'interviewer des profs bloggeurs.
Y'a déjà eu Ali Devine, Soph' et maintenant c'est à mon tour avant celui de mon ami pour la vie.

Cours-y c'est ici que tu glousseras telle une dinde comme à ton habitude.

Et non je n'ai pas fait de pavé, je sais bien que ça te rebutte t'es comme mes 3ème Glandus, les adeptes de la petite phrase courte et efficace.

Non y'a pas non plus de mots compliqués à 4 syllabes, j'ai pensé à toi t'es tellement prévisible...

vendredi 18 janvier 2008

Daniel le bisouteur fou, la suite.

Tu te souviens de Daniel le bisouteur marié?
Bon j'ai du neuf sur le bonhomme, prépare le pop-corn installe toi et enroule toi dans ton plaid ikéa, c'est parti.

La semaine dernière j'ai taillé la bavette avec ma collègue d'histoire-géo préférée, Vava, j'adore les pseudonymes.
Je lui ai confié ma mésaventure danielesque. Au fil de l'histoire son visage se transformait en grimaces inédites pour finir par un "nannnnn?", puis j'ai répondu "et devine qui a osé me faire ça?".
Elle m'a proposé 2 noms dont celui de Daniel. Un habitué de la chose tu crois? Je n'étais donc pas une exception, moi qui me prenais pour sa muse c'est loupé. Grande déception donc mais le meilleur arrive, je peux continuer? bordel t'as déjà bouffé tout le pop corn! et t'en as encore laissé sur le clavier entre la touche [v] et la [b], t'es plus cracra qu'Anaîs, ma ouinneuze des 5ème Cinglés. Allez aspire ça avant que ton ordi ne crame et te brûle au 3ème degrés.

Bon je reprends. Vava me confie qu'elle a aussi été une victime de Daniel le bisouteur fou. Il a bon goût Daniel en même temps, elle cartonne en muse Vava.

J'apprends qu'il y a 2 ans, un soir après les cours Vava se rend à la piscine, elle aime ça l'eau.
Daniel propose de l'accompagner, ce que déjà je trouve suspicieux, nager avec son collègue = matter tout ce qu'il y a à matter un point c'est tout. Les ptits hauts pseudo moulants ne suffisaient plus à étancher sa soif, il devait attaquer plus haut et voir la marchandise avant de se remette en scelle.
Je te passe les "coucou jsuis derrière toi", il lui a fait la totale des jeux aquatiques de cache-cache. De retour dans la voiture du mâle en question, il a tenté un baiser et s'est fait refouler. Vava et lui s'expliquent.
Quelques jours plus tard Daniel continue à taquiner Vava et à lui parler, ty crois toi?

C'est à ce moment là que j'ai bloqué:

"Mais moi il ne me parle plus! Il m'adresse même pas un regard et je suis la reine des vents!"
"Bah tu t'es expliquée avec lui?"
"Boaaa j'ai envoyé un mail mais ça restait sympa rien de plus"
"Alors fallait mettre les choses au clair tout de suite."
"On me l'a pas livré avec le mode d'emploi aussi."
"Va lui parler dans ce cas, si ça se trouve pour lui t'étais un vrai coup de coeur!"
"Ah non! ça me saoule assez qu'il me dise bon app' ou bonjour quand je suis avec une collègue à qui il s'adresse, ça suffit comme ça."
"N'empêche t'as du bol de pas être dans son équipe pédagogique cette année!"
"Bordel si c'était le P.P de mes 3ème Abrutis ça nécessiterait des dialogues c'est sûr... je l'ai échappé belle quelque part..."

Conclusion:
  • 2 refoulages en règle par 2 muses.
  • 8 vents de Daniel en 1 semaine (sauf quand je ne suis pas seule).
  • 1 pseudo conversation sur les mutations avec 5 participants où on a papoté, miracle.
  • Vava continue de se fendre la poire avec Daniel et accède aux potins.
Heureusement j'ai trouvé la faille, Vava me balance tous les potins...faut pas déconner.

jeudi 17 janvier 2008

Le prof est un bourreau des coeurs mais aussi une victime (heureuse?) de l'option scannage

Après le prof tortionnaire me voilà bourreau des coeurs.

Déjà t'as toute la clique des 6ème Merveilleux qui me voue un culte infini. Pour preuve un extrait d'une conversation surréaliste avec Manon:

"Madâme vous avez déjà eu un crayon avec votre nom gravé dedans?"
"Pardon?"
"et gravé en or hein pas du toc!"
"non jamais à mon grand regret."(accompagné d'un petit air triste que je sais très bien faire)
"Mais le truc c'est que mon chien l'a mangé, je voulais vous l'offrir pour vot' noël... mais ne vous inquiétez pas vous allez en avoir un!"
"waa j'ai hâte de voir ça."

Ensuite t'as Kévin des 3ème Gogolles qui commence fort dès le début de l'année:

"Madaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaame"
"Madaaaaaame!!! [...] Mademoiselle?"
(ils me font très souvent ce coup là quand je leur mets des vents)
"Oui?"
"Dites ya moyen que jme déplace?"
"Non je viens de vous placer, le plan de classe est nouveau tu vas pas me le foutre en l'air dès septembre! Et pourquoi tu ne te plais pas à côté de Kelly?"
"Mais c'est pour mieux vous voir madâââme!"
"Alors justement, reste loin de moi."

Bordel il commence bien l'année. Avec ses boucles d'oreilles en diam's, son regard qui envoie des signaux *bogosse bogosse* mais surtout son option scannage, il vaut mieux que je l'éloigne le plus possible.

Alors l'option scannage je l'ai découverte avec des 4èmes.
1er jour de l'année, j'ai senti tous les regards sur le moindre pore de mon corps. Jme suis dit que c'était la faute aux hormones et qu'ils allaient se lasser. Non je n'avais rien mis de moulant.

L'an dernier j'ai eu des 3èmes pour la première fois, et je peux te confirmer que le scannage 4ème n'a rien à voir avec lui d'un 3ème, on passe au niveau supérieur.

Bilan sexué des 3ème Gogolles: 23 mecs, 5 nanas dont moi. Tu t'imagines l'arène remplie de fauves mâles (et je te parle pas de l'odeur de fenec après le cours) c'est bon? c'est parti!

Au début tu sens une pression quand tu enlèves ton manteau à col de Corto Maltese, oui je me la joue, oui j'aime ça. Tu retires ton écharpe suivi d'un mouvement de chevelure jelevauxbien mais en plus classe faut pas déconner. Tu poses une fesse sur le bureau et tu commences le cours.

Là tu sens le regard de Kévin, le scannage est en route. vrrrrrr vrrrrrrr
Le scannage ne va pas durer toute l'heure aussi, mais tu sais bien que si tu dois ramasser quelque chose au sol tu le feras d'une manière stratégique, y'a pas écrit "sexodrome" sur mon pull.

Le scannage est aussi une option récurrente chez les profs de ballons (=eps) mais ça fera l'objet d'un prochain article. Faut pas déconner t'as déjà eu un super article après mon absence prolongée... ah les longs week-end.

mardi 15 janvier 2008

Le prof est un tortionnaire involontaire


Y'a des jours où t'aimerais bien distribuer des baffes à tout va.
Parfois cette envie arrive plusieurs fois par jour.
J'ai déjà conseillé à l'intendante de nous fournir une salle de détente avec fauteuil relaxant et surtout punching ball à foison!
Je suis persuadée que c'est la solution pour éviter tout craquage professoral.
Un élève nous parle mal --> punching ball!
Un élève nous balance une boulette en papier --> punching ball
13 élèves oublient encore NPC --> punching ball
Une journée pourrie ponctuée de déception --> punching ball
Oui la violence est une solution pour désamorcer la pression.
Vider son cartable (clin d'oeil Charlyesque) en cognant dans un sac ... Le pied!
Hier j'aurais bien voulu avoir un punching ball en sortant de ma salle.
Ce fut un jour "baffe à tout va" et j'ai été violente, malgré moi.
Oui c'est possible. Je te narre les faits:

Bastien des 3ème abrutis se balançait sur sa chaise comme tous les lundis à 11H37.
Comme chaque lundi je le sommais de stopper son balançage intempestif.
Comme chaque lundi il faisait semblant d'arrêter et recommencait de plus belle.
Contrairement à chaque lundi j'étais placée derrière lui, du coup j'ai pu rabattre la chaise vers le sol violemment et lui bousiller les pieds au passage.
Un hurlement a percé le calme relatif du cours.
J'ai ponctué mon geste d'un "bien fait ça t'apprendra!".
Comme quoi on fait parfois des bonnes actions de manière involontaire... en attendant le fameux punching ball!

mercredi 9 janvier 2008

Je suis une quiche doublée d'une boulette et d'une buse

Hum...Je crois que la rentrée a eu raison de moi, je viens de re-publier un billet (ancien brouillon) que j'ai modifié pensant que je ne l'avais jamais publié... pfff honte sur moi...tout ça pour finalement caser la fameuse discussion entre les mioches pendant que je faisais la queue à la cantoche.

hé t'as vu comment elle est gaulée la prof d'anglais?

ah ptin on a tous bloqué sur elle ce matin, t'as vu ce qu'elle portait?! une jupe de la taille d'un string!

Déconne?

Pis après ça nous râle dessus pour nos fringues! Y'a des profs qui devraient le porter aussi ce t-shirt xxl jte le dis!

Comme quoi la vérite sort bien de la bouche des grumeaux, je peux te le confirmer.

ps: merci à Milie (chouette blog bd) pour son illustration!

ps2: Je reviens demain avec un VRAI billet, mea culpa à toi mon cher lectorat (c'était pour voir si tu suivais bien en fait).

Du coup tu peux en profiter pour dire ce que tu veux dans les commentaires, si tu as des questions, des sujets que tu aimerais que j'aborde, bref c'est Open Bar!!

mardi 8 janvier 2008

Bilan d'une journée de rentrée

Hier matin j'étais de très bonne humeur, moi la morose matinale.
Pour preuves j'ai yaourthisé "I'll stand by you" sous la douche,
video
j'ai souri à ma gardienne en lui souhaitant une bonne journée, j'ai évité la grille que mon talon droit se prend tous les jours, et j'ai gardé mon air mutin dans le métro.

Arrivée au collège je me faisais peur à l'écoute de mes talons qui claquaient frénétiquement sur le sol, surexcitée la prof d'arts plastiques.

Bilan chiffré

  • 32 souhaitages de "bonne année et tout le bordel" toutes classes confondues
  • 36 bisoutages de bonne année collègues et administration confondus
  • 1 serrage de main du principal pour la bonne année
  • 2 fous rires avec mes 6ème Merveilleux
  • 2 gros râlages avec 2 classes
  • 2 squattages intensifs de ma salle pendant la récré par des élèves
  • 288 photocopies (combien d'arbres j'ai tué à ton avis?)
  • 7 croix dans les carnets pour oubli de travail, de matériel et bavardages
  • 2 index et 1 pouce brûlés au 1/100ème degrés avec le pistolet à colle (je les avais prévenu)
  • 1 zéro pour travail non rendu
  • 1 élève exclu
  • 1 rapport (du coup)

Bilan émotionnel

  • Une première heure qui a démarré sur les chapeaux de roue avec des lapsus en série et des questions qui fusent sur les pigments/ les couleurs. Des sourires échangés, ce qui me donne la pèche.
  • Un calme plat avec mes 3ème Affreux, ce qui m'apaise.
  • Un repas où chacun y va de son anecdote de noël et où mes anciens élèves hurlent "bonne année madame" de l'autre bout du réfectoir, ce qui m'amuse.
  • Un dernier cours qui commence mal avec une exclusion, ce qui m'agace.
  • Un dernier cours où un élève me donne 21 ans, ce qui me fait sourire.

Bilan final

Une belle rentrée positive qui promet 7 semaines de folie jusqu'aux prochaines vacances.

Même pas peur...

lundi 7 janvier 2008

Légère comme une culotte qui sèche au grand air

Y'a des jours où tu te sens légère comme une culotte qui sèche au grand air.

Tu respires l'air frais tu t'envoles dans le ciel, tu survoles ta ville et tu te prends brusquement la porte vitrée de la boulangerie en pleine tronche.


Ce sentiment si rare et frais je l'ai vécu cette année en sortant de mon collège. D'habitude ce trajet est plutôt pénible, entre le slalomage de dalles et grilles (la faute à mes échasses) et le gravier.


Mais en ce mois de rentrée scolaire qu'est septembre (là tu imagines des arbres en fleurs accompagné d'un soleil doux qui caresse mon visage juvénile) j'ai croisé la route d'un djeunz:




Hey hey Salut toi! T
'es au Lycée **********?
euh ... (mais il a quel âge lui? il m'a tutoyé direct en plus)
Je crois t'avoir déjà vu, t'es au lycée ********** non?
Non je suis au Collège ***************. (que jy réponds du tacotac)
Hum alors @ bientôt j'espère!!
qu'il me balance le sourire aux coins des lèvres suivi d'un clin d'oeil regardecommejsuisbogosse.




Mal c'est mal que tu vas me dire de faire croire à la jeunesse éternelle. Je te répondrai qu'avec
ma bouille de gamine faut bien avoir des avantages qui compensent toutes les fois où on m'a appelé "Cocotte" (à la boulangerie le plus souvent).


J'avoue que j'ai répondu direct "non jsuis au collège *********" en pensant (vraiment) à mon boulot, 1/4 de seconde après (le temps que ça monte au cerveau) j'ai compris que je pouvais passer pour une collégienne.


Et c'est là que le sentiment de culotte légère a envahit mon esprit en me laissant songeuse...jusqu'à cette putin de porte vitrée on est d'accord.

dimanche 6 janvier 2008

touyoutoutoutou : la minute pub!




Si t'es gentil tu vas chez Osmany. Lui il est trèèèèèèèèès gentil car il a fait un article rien que pour moi, pour dire combien je suis hilarante et attachante, en gros c'est ça hein.

voilà à toi de jouer!
go go go

(pis c'est surtout pour pas que je sois la seule à commenter cet article sauve moi de la honte)
ps: t'as reconnu le touyoutoutoutou où qu'il faut bouger ses mains comme chez Ardisson?


samedi 5 janvier 2008

Venise


"Venise"
Techniques mixtes
110 x 80 cm


Et c'est là que je vais te parler de mon maître: Pierre Alechinsky ... quoi??! tu ne connais pas cet artiste? sale inculte! je savais bien que je ne pouvais pas te faire confiance grrrr allez clique on the link pour remonter ton niveau et te la péter à ton prochain dîner.

Pourquoi en parler maintenant? tout simplement parce qu'à la vue de ce tableau un prof de la fac m'a limite accusé de plagiat avant d'hurler "Quelle est la brute qui a peint ça?" J'ai avoué qu'Alechinsky ça ne me disait rien et quand j'ai vu ça...

J'ai fait "Oh Mon Dieu" comme Yann Barthes.


Je ne suis pas la première à avoir faire une frise qui borde une image centrale.
J'adore son côté graphique.
Mon dieu il utilise aussi de l'encre de chine.
Bordel pourquoi j'ai pas inventé ça avant lui?

J'ai pu rencontrer ce grand homme à une dédicace strasbourgeoise (merci la Librairie Kléber) et je me suis liquéfiée sous son regard. J'avais sous le bras tous ses bouquins en grande fan que je suis, mais aussi mon mémoire de maîtrise où je lui ai consacré tout un chapitre - j'ai osé lui refourguer un exemplaire (la perspective d'avoir comme lecteur unique Alechinsky est électrisante).

Bilan de ma rencontre alechinskyenne: j'ai décoché 3 mots et j'ai demandé un ptit monstre (c'est sa spécialité) tout en tentant de calmer mon coeur qui boumait la chamade.

Oui il a 80 ans passé mais c'est comme si j'avais rencontré Chagall ou Matisse.
Mieux qu'une rock star, carrément ouais.

vendredi 4 janvier 2008

Mme Bazzouni la mère d'élève qui voulait que je la note...

Parfois je suis confrontée à des problèmes que jamais j'aurais pu imaginer depuis ma copie du capes, trop occupée à déblatérer sur l'orientalisme.
Non je ne veux pas parler de la violence à laquelle je suis confrontée lorsque Bastien frappe délicatement la crête d'Antoine et que ce dernier vient se plaindre tafiollement à mon bureau. Non là je parle du pire problème auquel j'ai été confronté:
le parent qui fait le boulot de son gamin et QUI LE NIE devant les faits.

Oui ça existe, même que ça été l'objet de ma toute première confrontation lors de mon (tous en choeur) année de stage: Emi vs Mme Bazzouni
Là si y'avait un ingénieur son sur mon blog, il balancerait "The Eyes of the Tiger" pour me chauffer.

Résumé: Il était une fois un gentil garçon dénommé Basile, toujours fourré dans les jupes de sa môman. Lorsque ce garçonnet venait en cours il était caaaaaalme et posé. Un jour un camarade lui a balancé sa cartouche d'encre à la tronche, bien sûr la tranquillité de notre blondinet en fut affecté et mon cours pourri par la même occaz'.
Le travail de Basile tâché il devait le refaire. Problème! Celà s'est passé le jour du rendu du boulot. Bah c'est ballot. Pôv Basile. Comment allait-il régler le problème?
Une semaine plus tard, Basile m'apporte son travail qui n'avait absolument rien à voir avec l'ancien, des personnages décalqués (mal en plus), des couleurs bien trop appliquées et surtout un beau hors-sujet qui n'a strictement rien à voir avec les consignes.
Bah alors Basile c'est quoi ce boulot?
Bah bah je saiiiiis pas moua... (ptin ça commence bien)
Mais Basile tu dois bien le savoir puisque c'est ton travail, non?
Bôôâaah justement je sais plus si je l'ai vraiment fait ce travail...
Quoi? vazy crache la bête je t'écoute.
J'avais commencé et ma mère m'a dit que fallait pas faire comme ça alors...
Basile, ta mère est prof d'arts plastiques? Bon.
Mais ma mère a dit que... (ptin c'est qui l'patron? jte ldemande hein)
Basile qui c'est qui note? moi ou ta mère? Bon. Tu diras à ta mère que ça ne m'intéresse pas de noter les parents, alors durant l'heure tu refais le boulot dépêche toi.


La semaine suivante Basile me refourgue son carnet, y'avait un mot dedans, écrit avec plein de fautes qui m'ont bousillé 5 1/10ème de ma vision.

"Madame je trouve inacceptable que vous exigiez de mon fils un énième exemplaire de son travail. blablablabla je veux prendre rdv pour vous cracher toute ma haine."

Wouhou mon 1er Troll de profs, bam au bout de 4 mois d'enseignement à peine.
Alors déjà que jte raconte la principale et la principale adjointe m'ont bien fait comprendre qu'elles n'assisteraient pas à l'entretien, trop habituées aux frasques de Mme Bazzouni. Bon ok mais au cas où je me ferai trucider jvais quand même faire un testament.

Absolument pas soutenue par l'administration, votre héroïne a combattu bec et ongle l'affreuse mère de Basile. Le père était présent, 2 contre 1 c'est pas du juste tu me diras, mais sur le ring collègial y'a aucune règle.

Lors de notre entretien j'ai eu droit à des "mais non jamais je n'ai fait le travail de mon fils [...] et d'abord pourquoi il n'a pas l'autre prof du collège cette année? [...] le hors sujet? mais c'est trop compliqué ce que vous demandez aussi! [...] vous enseignez depuis combien de temps déjà?"

Tant de mauvaise foi, je me suis gaspillée le cerveau à la raisonner en vain.
Elle est partie tout en continuant de me parler/insulter et a fini par passer la porte de sortie.
Pfiou, ça vide une cervelle un tel match.

Je suis redescendue en salle des profs pour raconter fièrement mon duel, et c'est là que la principale m'a chopé: "mais c'était aujourd'hui? j'avais complètement oublié, il ne faut jamais être seule avec un parent surtout si il en a après vous...bon et ça s'est bien passé j'espère?" et là t'as Yvonne qui a manqué de s'étrangler avec son potage "quoi??? seule avec Mme Bazzouni? c'est bien celle dont le mari avait posé sa matraque (l'est flic le papa de Basile) sur votre bureau Mme la Principale? incensée..."

Et là je te laisse imaginer la tronche que j'ai tiré en imaginant le gros titre au JT de 20h...

"Mesdames et Messieurs bonsoir, dans l'actualité de ce jeudi 5 Décembre 2005 une prof de dessin( bah oui grrr) malmenée par un parent d'élève..."

jeudi 3 janvier 2008

La liberté du prof d'Arts Plastiques ou comment I'm the Queen of the World

Bon ça va jte vois déjà te fendre la tronche parce que tu m'imagines Queen of the Word amouraché à Léo avec mon mètre 60. Hé bien je rajouterai même que je dépasse Kylie.

Quand t'es prof d'une sous-matière (ne va pas t'amuser à parler comme ceci de ma matière, je ne le fais qu'à titre ironique bien sûr) tu jouis d'une liberté dont t'as même pas idée.


Déjà comment veux-tu qu'on te prenne la tête sur ton programme alors que personne ne sait que t'en as un? Allez avoue tu pensais que je faisais tout au pif "tiens ce matin c'est coloriage, voilà vos picsou magazine les trolls!".


Du coup tu oublies la pression des parents/prof.principal/grumeaux véhiculée par l'éternelle question "mais vous pensez vraiment que vous allez finir le programme?!!" les yeux écarquillés et tout humides. Quand un parent demande ça au collègue d'histoire-géo je jubile intérieurement, ahhhh.

Tu crois vraiment qu'un jour on va me sortir:

"Dites voir Mdam' vous allez aborder quand l'architecture avec les 3ème Furieux, parce que si vous ne le faites pas maintenant, jamais ils apprendront Le Corbusier et leur avenir sera compromis!!!" ou bien

"Madâââme c'est affreux je suis en 3ème et je n'ai toujours pas appris le cercle chromatique, c'est quoi déjà une couleur complémentaire madame?!! Ma vie est foutue, je resterais inculte toute ma vie!"


Non hein soyons sérieux, la seule personne capable de me squatter l'encéphale avec ces questions existentielles est et restera l'Inspecteur Académique (oui je mets des majuscules sait-on jamais).

Voilà maintenant tu comprends ce que j'appelle "ma Liberté - mon Royaume précieux" où je décide de tout et où personne ne me prendra la tête sur ce que je fais en cours. Bien sûr ça ne veut pas dire que je viens les mains dans les poches et que je choisis le sujet du jour en montant les deux étages avec mes grumeaux.


En parlant de mains dans les poches, une collègue de français m'avait balancé lors de mon année de stage (je sais tu te dis " quoi encore!" mais si tu savais les vilains vilains collègues que j'avais):

Hey mais pourquoi je suis en Français moi? J'aurais dû faire comme toi, prof d'Arts Plastiques et débarquer les mains dans les poches dans la cour à 8H30.

Bien sûr Yvonne, par contre ce que tu ne sais pas c'est qu'il faut aussi te lever à 4h du mat' pour débarquer ici à 6H40, cétipabo pour commencer à 8h30. Ah aussi le carton que tu vois derrière moi est ta croix à porter à chaque trajet, en train aussi, bah attends c'est l'aventura prof d'arts pla!


Quelle abrutie cette Yvonne.

Bon pour te culturer un peu, je sais bien que c'est pas gagné je ne te le cache pas, et ne sachant pas vraiment ton niveau culturel cher lectorat, autant envisager qu'il doit être très bas, je vais te donner quelques grandes lignes de nos programmes:


6ème: La représentation et la narration - La fabrication (si tu dis mako moulage t'as deux claques) - la couleur - l'espace en 2 dimensions et 3 dimensions...


5ème/4ème: Espace littéral / espace suggéré - Organisation et composition - codes et systèmes perspectifs - qualités physiques des matériaux - statuts de l'image - hétérogénéité et cohérence plastique - le non fini /non peint...


3ème: L'Architecure, l'analyse d'oeuvre, le projet de l'élève, la question de la relation du corps à la production artistique, les gestes et opérations techniques...


Voilà maintenant tu peux te la péter dans un dîner en mélangeant tous ces mots plus ou moins savants, me remercie pas.

Attends le soir j'adore raconter ma journée au collègue de Maths:

Je viens de finir le chapitre espace littéral/espace suggéré avec mes 5ème Abrutis, demain j'entame l'hétérogénéité et la cohérence plastique avec mes 4ème Glandus. Bordel ils m'épuisent.

Wo ! bah moi toujours pareil, en pleine love story avec Pythagore...

mercredi 2 janvier 2008

2008 sera plastique !



Bordel. J'ai gagné. Hyiaaaaaaaaaaaaaa!

La très grande Soph' a fait un concours pour débuter 2008. Il fallait compléter au feutre indélébile des pointillés qui expriment ses voeux, le tout directement sur son écran d'ordi (sinon c'est pas drôle).

Et vu que je suis une personne hilarante j'ai gagné. J'ai gagné LE strip de Soph'!
Bordel 2008 commence bien pour moi!

Voilà c'était l'info à caractère essentielle du jour, vous pouvez éteindre votre ordi.