dimanche 27 février 2011

Youpi dansons la cariocaaaaaa...



video

... oh oui youpiiiiiiiiiiiiii !!! avec la cariocaaaaaaa - dernier moment de détente avant la reprise avec ce sublime karaoké car demain va y'avoir du sport...


...entre le coup de fil à Ingrate's mother pour prendre rdv, moment qui me file la migraine rien qu'en imaginant le son de sa voix stridente, le coup de gueule aux grumeaux qui se fout' de moi en recopiant wikipédaïaïaï sans rien comprendre, et le nouveau sujet qui va pas inspirer mes 3ème Gogolles...

Jparie que y'en a un qui va me sortir qu'il veut allonger son membre génital...oui parce que mon sujet trop génial propose de modifier une partie de son corps, et y'a toujours un grumeau qui se croit drôle en proposant de mouler son sgeg.
Et moi j'adore lui proposer de déboutonner son jean en public et de faire un makomoulage de son trophée en direct live, le tout en étant sérieuse sans sourire, ça c'est le plus dur.

Allez bonne soirée de la déprime du dimanche soir !

Dans 8h je serais dans mon rer crasseux avec tous mes amis qui se lèvent trop tôt, et à qui j'ai trop manqué pendant mes vacances de fonctionnaire!

jeudi 24 février 2011

Pas de pitié pour les ? ... profs !





Souvent les grumeaux ont des tas d'excuses pour pas bosser.

Moi c'était ça:



Souvent son géniteur n'est pas conscient qu'il cautionne la connerie de haut niveau de son grumeau.

Voici quelques exemples pour illustrer mon affreux constat.

Mon sombre héros (spéciale kassedédi) de toujours, Dalton, que l'on peut retrouver ici et ou ou encore , revient pour ton plus grand plaisir.

L'autre jour sa mère me dit qu'elle comprend pas ses mauvaises notes car elle est sûre que Dalton bosse. Je lui demande comment en est-elle aussi sûre. Elle me répond qu'il s'enferme dans sa chambre, elle voit la porte fermée, donc elle se dit qu'il est au calme donc travaille. Logique. Sauf que dans sa chambre l'ambiance c'est pas le Club des cinq ou Sciences et Vie junior. C'est plutôt èmécène, fesse bouc et son skaïblogue que Dalton affectionne. Classique.
Mais voilà, pour Ma Dalton, savoir son rejeton dans sa chambre est plus rassurant que dans les rues. Après peu importe ce qu'il y fait. Et là je devrais crier victoire et me contenter de ça, car pour Dalton, au vue de son passé, passer ses soirées dans sa chambre suffit. Lui demander d'ouvrir son agenda n'y pense même pas. De toutes façons il en a pas, y'en avait pu à Carrouf'.


Ingrate a elle aussi une énorme excuse pour ne pas être à son top du top au niveau scolaire.
Elle a un don. Jdéconne pas. Elle veut faire nouvelle star comme métier.

En pleine réunion parent-prof, vers 20h18 alors que mon ventre criait famine et que mon regard était proche de celui d'un panda sous morphine, j'étais en train de parler du possible avenir de chanteuse de cette grumelle, et pas de ses résultats en maths. J'essayais en vain de faire comprendre à la mère qu'on s'en fout de froisser l'égo de sa grumelle bordel! Je pense même ne pas l'avoir convaincue, j'ai toujours l'impression d'être sur une autre planète, dans un autre espace-temps, dans ces moments de loose intense.

Jsais pas comment était ton enfance, mais bordel tu te souviens d'avoir balancé un jour à tes parents, le tout plein d'aplomb:"jfais pas mes devoirs car ça sert à rien, je veux faire star plus tard!!!!.
Non, nous on se contentait des croissants du dimanche matin devant Pas de pitié pour les croissants, et on voulait choper tous les crados et les figurines du happy meal et la série des pin's coca. C'était notre but ultime dans la vie.

Et vlàtipa que maintenant c'est une grumelle de 14 ans 3/4 qui fait sa loi sous prétexte que c'est une future Miley Cirus! On croit rêver et pourtant c'est ma réalité.

Jte leur ferais bouffer à tous du Club Dorothée et du tourne le bouton le bouton tout rond pour que tout redevienne juste normal et qu'ils soient un peu innocents, comme les grumeaux de ma génération bordel.


Dis moi, c'est quand on tient ce genre de discours qu'on vieillit ou bien?


samedi 19 février 2011

Ingrate ou comment une morveuse peut en cacher une autre...





Ingrate est une grumelle de 15 ans que je pratique depuis 3 ans.

Le plus pénible chez elle ce ne sont pas ses bavardages intempestifs -expression qui, tu le remarqueras, n'est prononcé qu'à l'école, et ouais seul le prof est autorisé à balancer ça, t'as déjà vu ton boss t'engueuler et te dire "dis donc oh arrêtez vos bavardages intempestifs ou je vous enlève 100€ de vot' paye!!!!"- Bref si je maudissais Ingrate pour ses piapiapias dans son corps je ne t'en parlerais pas. Ce qui m'agace le plus chez elle, c'est sa mère.

A ton avis quel est le pire parent pour un prof?

Allez je t'aide un peu, sinon on va y passer la nuit, c'est un parent qui détient un peu de pouvoir. Mais siiiiii c'est celui qui est présent au conseil de classe et qui croit détenir the truth, celui qui croit servir une grande cause grumale, celui qui pinaille pour défendre la veuve et l'orphelin que pourquoi qu'on lui propose pas les encouragements à lui parce qu'avec 5,03 de moyenne il a besoin d'être encouragé!
Celui qui, sous ses grands airs, te donne des conseils pédagogiques pour gérer ta classe et les boulettes de papier. Oui c'est aussi celui qui écrit des mots à rallonge dans le carnet de correspondance, qu'en 5 minutes à la pause récré, tu déchiffres en te poilant en salle des profs.

C'est surtout celui qui aime se fout' de ta gueule quand il s'insurge contre une punition que tu as infligé à son morveux. Punition toujours injustifiée parce que le parent n'était pas présent lors du dit problème. Oui parce que voilà l'école n'accepte pas les parents dans les cours, par conséquent étant absent il comprend pas que son grumeau, un genre d'archange Gabriel doux comme un agneau, a pu être un sale mouton noir vicelard en cours.

J'avais pourtant proposé, en vain, durant un conseil de classe, de filmer leurs progénitures et de projeter le film aux parents. Je me voyais déjà hurlé durant la projection "mouahahahahah vengeannnnnnce" comme Shoshanna dans Inglorious Basterds. Dommage.


Tout comme le chef d'entreprise méprisent les représentants syndicaux, le prof maudit le parent représentant les géniteurs des grumeaux. C'est un peu notre diable à nous.

Revenons à Ingrate et surtout à sa mère.
Sa dernière vacherie à mon égard fut un mot sur une punition.

Jte la fais courte. Je donne à conjuguer le verbe "ne pas parler" à la grumelle à tous les temps de l'indicatif. Punition donnée à la fin du cours entre 4 autres punitions données à 4 autres grumeaux, moment chaud à gérer, les grumeaux râlent parce que j'ose séquestrer leurs carnets, et moi je leur hurle dessus que c'est le camembert qui dit au roquefort qu'il pue, et eux médusés ne comprennent pas.

Bref c'est un joyeux bordel autour de mon bureau, et à la place de mettre "ne pas bavarder" j'ai écrit "ne pas parler". Je pense que c'est ça qui a du mettre le feu au poudre d'Ingrate's mother, mais j'en suis pas tout à fait sûre, va comprendre les limbes d'un géniteur parti à la chasse aux profs...

Une semaine plus tard Ingrate me rend sa punition...Et c'est là que tu vas te marrer. Si t'es sous pacemaker ne lis pas ce qui suit.

Elle me tend 4 feuilles et à chaque temps je vois ça:

La moitié de la punition a donc été imprimée, le reste est manuscrit.
Mais attends là, on serait pas un petit peu en train de se fout' de moi là?!!!!!! Non?!

Attends attends c'est pas tout, le pire arrive.

Hésitant entre le rire et les larmes, je vois en plus de tout ça, un mot doux de la génitrice en bas de la 1ère page:

"Madame Futile, punition correctement effectuée au regard du motif de cette punition. Madame Mère d'Ingrate".

Traduction: Vu ton jugement de merde et la punition injustifiée que tu as donné à la chair de ma chair, ma grumelle ne fera que la moitié de ta punition et vlan dans tes dents tu sers à rien en plus!!

J'aime qu'un grumeau et que son parent cautionneur enfonceur de clou se fout' de ma tronche, mais là les limites des bornes ont été dépassé, le craquage est imminent.



Conclusion: jme la fais ou jme la fais pas?!!!



Si tu veux qu'Ingrate's mother se fasse tataner la tronche tape 1...
Si tu veux que je laisse couler l'affaire tape 2...



jeudi 17 février 2011

Je suis une papivore, un monstre vorace du grain.




En ce moment c'est la tempête dans mon appart', je bazarde tout.
Grande épreuve pour quelqu'un comme moi qui souffre d'un grave trouble: la collectionnite aigüe du papier.

Depuis gamine je garde les papiers, ça a commencé avec les tickets de cinéma, puis les mots de mes amis dans l'agenda, les lettres parfois corrigées au stylo rouge (ça te donne le ton de la gamine que j'étais à 10 ans...), les citations de films déchirées du Studio et collées sur mes classeurs, et ça finit avec les posts-its sentimentaux, les tickets d'avions, de bus et de trams, d'expos, de musées, souvenirs sur papier de mes voyages et parcours.

Freud dirait que j'essaie de m'entourer physiquement de mes souvenirs et d'une certaine culture, pour construire mes fondements et par peur d'oublier.
Sauf que non Sigmund, tu te fourres trop loin ton doigt dans l'oeil!

C'est pas pour me rassurer que je fais ça, c'est juste par goût du papier et du texte.

Parce que comment tu fais pour garder un texto qui t'a ému?
Comment tu fais pour conserver un email criant de vérité et bien écrit?
Tu l'imprimes? Tu le recopies? Tu le laisses naviguer sur la toile?

Rien n'égalera le grain du papier. Il a sur moi des effets particuliers, sa texture m'inspire, me donne envie de croquer et d'y faire glisser mon fusain.
Même le papier kraft froissé du primeur me fait sursauter. Celui en soie que l'on chiffonne pour protéger les chaussures, me chatouille, et me donne envie de peindre.

Je garde, trie, sélectionne aussi au cas où, un jour, me prendrait l'idée de faire ce carnet de voyage toujours rêvé mais jamais abouti. Un carnet par voyage avec tous ces souvenirs imprimés et dessinés.

Dans le tas retrouvé y'a du lourd, ça va du prospectus chourré en 53 exemplaires lors d'un vernissage d'un inconnu, jusqu'au papier d'emballage cristal d'un magasin londonien avec un motif marrant... Nan parce qu'on ne sait jamais, si me prend subitement l'envie de maroufler j'ai de quoi faire!

Au final j'ai sorti 3 poubelles de cette collection et hier soir je suis tombée sur ça, un mot d'un grumeau qui sent l'été et les douceurs que la fin d'année amène:





Comme quoi t'as beau être en vacances, faire du rangement, vouloir élever le niveau intellectuel qui traîne dans le coin en faisant un post plein de poésie, et on en revient à eux, mes salopios et aussi fondements du blog, les grumeaux.




ps: Et le 1er qui me parle de scrapbooking, le comble de l'aseptisation du papier pour moi, je lui fous une torgnole!


jeudi 10 février 2011

Un pour tous et chacun pour sa gueule








Y'a maintenant 2 semaines que j'ai passé cette saloperie de concours qui me fera peut-être travailler moins et gagner plus.

C'était grandiose cette épreuve...

Déjà quand t'arrives à la maison des examens, tu peux pas te tromper de chemin, tu n'as qu'à suivre le flot humain qui sort du rer. Ensuite tu vas te réchauffer à la cafét' tes fiches à la main avec d'autres concurrents qui eux aussi scrutent frénétiquement leurs fiches.

Puis les portes ouvrent et tu montes au 6ème étage, sans ascenseur.
Arrivée à la porte de la salle, tu tentes de récupérer ta trachée et tes poumons.

Là j'ai commencé à flash backiser à mort, grande salle...petites tables...looooongue salle...tableau avec horaires de début et de fin...et les inévitables petits vieux qui surveillent. Ahhh ils m'avaient manqué ces retraités des concours.
Ils sont là avec leurs costumes de corbillard et leur tas de copies vierges. Prêts à dégainer le 1er brouillon à la vue du premier doigt fébrile d'un candidat.

Ah les brouillons.. vert, jaune, orange, ça n'a pas changé toujours autant de mauvais goût dans le flashy.

Et les concurrents: ça a commencé avec une crise d'asthme d'un quinqua, j'ai lu dans le regard de mes voisins "crève pourriture communiste", il m'a fait perdre 3 minutes de concentration ce con. Puis y'a eu le blaireau et son réveil...tu sais celui qui a pas de montre et qui vient avec une horloge et qui la pose bien en évidence sur sa table. Et ceux qui s'enfilent des granolas non stop pendant 6h, qui ne savent pas boire en silence et qui raclent leur gorge de manière systématique..non rien n'a changé.

Tout à coup à 9h00 précises, les portes se sont fermées et une voix off a retentit. Cette voix ressemblait étrangement à la Dame sncf, celle qui t'annonce les retards quand t'es sur le quai d'une gare ou qui te souhaite la bienvenue en gare de Beauvais.

Dans tout le bâtiment a résonné cette voix qui annonçait les règles du concours et les trucs interdits. A la fin elle nous a souhaité gentiment à tous "bon courage" et l'épreuve pouvait commencer quelques instants plus tard.

Au bout des 6h, la main engourdie et le mal de crâne envahissant, les ptits vieux nous font signe que c'est bientôt la fin. 5 minutes plus tard - Tadaaaaaaaaa - le gong de la fin sonna.
Là mes amis en costard nous ont demandé de nous lever, le stylo triomphant au bout du doigt levé. Pas de triche, ah non, sinon t'es radié de la famille éducation nationale.

Depuis la vie normale a repris et mes grumeaux, alertés par l'annonce - plus discrète tu meurs - du Big Boss "Madame Futile est absente pour cause de concours qu'elle a intérêt à décroché et qu'on lui souhaite de réussir", me harcèlent pour savoir si j'ai réussi mon concours du meilleur Picasso...


Verdict en mars.