lundi 27 juillet 2009

Comme une marmotte qui découvre l'océan



Cette photo prise la semaine dernière me fait penser (de très loin) à l'arbre du générique de Six Feet Under:


...en fait non jcrois que j'ai fait un parallèle entre cette série "morbide" (puisque famille bossant dans les pompes funèbres) et les mouettes, trop nombreuses à mon goût ce soir là:



...ça fout les pétoches une mouette!
alors 30 mouettes... jme serai presque prise pour Tippi Hedren dans les Oiseaux tiens!

jeudi 23 juillet 2009

Rome, épisode 4 là où Sabrina et le Pape se cotoient



Pour finir avec ce séjour jvais te raconter le summum, à tout point de vue, arrivé lors du dernier jour de visite.

Après avoir matté + de 2H30 les musées du Vatican (jcrois que plus jamais quelqu'un voudra m'accompagner dans un musée) et la Chapelle Sixtine puis la Basilique St Pierre:

avec sa coupole haute de + de 130m de haut:


avec sa célèbre statue de St Pierre tenant les clés des cieux et datée du 13ème siècle que tout le monde vénère en lui frottant les pieds, ouais même moi je l'ai fait j'ai fait ma pélerine (un comble si tu savais).


avec la Piéta de Michel Ange taillé, à l'âge de 25 ans, dans un seul bloc de marbre(bordel):


Y'avait tellement de degrés dans mon corps que je suis partie à la conquête d'une fontaine, n'en trouvant pas j'ai quitté le Vatican sous les 42° et là je tombe sur le Château Saint-Ange, celui qu'on voit dans Anges & Démons le dernier film adapté de Dan Brown. Waaa que j'ai fait 3 secondes et fatiguée j'ai continué ma route et c'est en voulant traverser un pont que j'ai vu le Saint Graal!

Un bar le long du Tibre que j'aperçois les amis, des bars comme le 1er soir avec des bons sièges et hannn un transat? nannn pas possible! Ni une ni deux je dévale les escaliers du pont, en sandales, et arrive devant un panneau symbolisant le rêve à ce moment précis:
"SWIMMING POOL". Wouhouuuuuu.

Seul problème à l'horizon pas de maillot de bain sous la main... hum non les sous vêtements ne sont pas autorisés, j'y ai presque pensé.

Sache que j'ai pris les devants, j'ai improvisé vu que le type y prêtait tout, maintenant au prix de quelle propreté...bref j'ai enfilé, malgré une épilation douteuse, oui il faut oser parler de ce genre de choses bordel (vive l'imprévu mais à quel prix! celui de ma dignité!), un bikini digne de Sabrina (qui chantait Boyz Boyz Boyz) avec du bling bling en haut en bas...des strass, un ensemble symbolisant le mauvais goût absolu de la pouffe ritalienne, heureusement que je ne connaissais personne.

J'ai aussi obtenu une serviette sèche (mais propre that is the question?) puis j'ai direct plongée dans la piscine. Si jte raconte dans les détails cet épisode je vais le caser dans mes "Histoires Honteuses" car se baigner dans une piscine avec un rikiki bikini qui fait 2 tailles de moins que la tienne, qui te fait ressortir des bourrelets que tu ignorais (oui enfin quelques uns certes) tellement t'es saucissonné, et qu'en plus tu perds à moitié le haut en nageant...

Oui maintenant tu pourras en visionnant ce clip avoir une pensée pour moi:

video

ps: j'ai même commandé un assiette de fruits frais depuis mon transat... han comme Sabrina!

pps: Jsais pas si tu te rends compte mais j'ai quand même casé dans le même article le plus haut lieu du culte catholique avec le clip le plus racoleur des années 80. 2 icônes à l'opposé mais qui se sont cotoyées dans mon esprit...Y'a pas à dire je m'épate parfois.

mercredi 22 juillet 2009

Rome, épisode 3



Dans les ruines antiques, au Palatin, jpeux te dire qu'à force de bouffer de la pierre et du soleil je n'en pouvais plus. J'en étais presque au point de gueuler à tout va Ciao. Pfiouuu comprends moi toutes ces pierres raaa... et cette saloperie de canicule ont trop pesé sur mes frêles (oh oui si frêles) épaules du coup j'ai craqué et j'ai failli me tirer lorsque...

tout à coup je me suis sentie légère (presque comme une culotte au vent ouaip), déchargée et admirative.
Tout ça grâce à la douceur de ces beautés:







Comme quoi parfois, il suffit d'une armée de sculptures blanches toute en rondeur et ça redémarre. Mieux qu'un mars wé. Merci à toi Jiménez.

mardi 21 juillet 2009

Rome, épisode 2



Après cette fiesta chez l'Ambassadeur mais sans ferrero, on a entamé les hostilités culturesques avec le Colisée: (je l'ai shooté en long en large et en travers mais pas de travers... ah ah)
Bon par contre jvais pas te le faire avec des commentaires de pédago, donc si tu veux en savoir plus tu gogolises.







Maintenant que jte présente le superbe chapiteau Corinthien sur lequel j'ai posé mon fessier un long moment pour prendre le soleil:



Là c'est le final, la vue! C'est l'Arc de Constantin qui se situe entre le Colisée et le Palatin qu'on a parcouru après.
Voilà la vue que l'on a après avoir escaladé des tas de marches, où j'ai cru défaillir sous l'oeil d'un grumeau allemand hilare:



Après le Colisée on est allé au Palatin, là où y'a que des ruines antiques et tellement de trucs à matter que ça m'a refourgué un mal de crâne atroce... ça et la canicule car je t'ai pas dit mais j'ai cramé sévère sous les 40°! donc quelques photos sur les 60 prises au moins...





Après toute cette tonne de vieilles pierres photographiées et admirées on a festoyé une autre vieille pierre, moi, enfin mon birthday dans un resto conseillé par des amis italiens, un anti attrape touriste soit disant, où j'ai mangé une pizza et bu du chardonnay malgré moi... zont pas de lambrusco dans leurs restos ty crois toi?!

Le seul vin rouge pétillant que j'aurai apprécié pfff et rien ke dalle, même en quémandant que c'était mes 28 printemps rien le serveur a juste esquissé un sourire... et encore ça devait être à cause de mon accent italohispanoportugaisfranchouillard.

lundi 20 juillet 2009

Rome, épisode 1




Déjà avant de te causer culture ritalienne tu te souviens peut-être quand je t'ai confessé ma peur panique avionesque?

Pour ce court séjour jme suis dit que pour un Paris-Rome fallait tenter la diable sans aide cachetonneuse tout en ayant un ptit truc caché dans le sac à main en plan B, au cas où je paniquerai à la vue de l'aile tremblante pourrave de l'avion. Parce que j'ai toujours cette saloperie d'hublot comme place et je la donne toujours à qui veut cette fenêtre sur ma peur.

Par contre prendre un avion un 14 juillet c'est un peu une idée à la con.
Voir une très grande idée à la con!!

Pourquoi: déjà parce que les cars air france font la gueule et te bousillent ton plan A, ensuite parce que les sorties de métro de la ligne 1 sont bloquées à cause du défilé, puis parce que tu cours en sandales entre des touristes et des militaires qui ne savent se mouvoir qu'en groupe, et pour finir parce que tu deviens débile en te trompant de rer car ton plan A a merdé et ton plan B était resté en mode j'improvise.

Alors y'avait de l'argument à la base pour partir le 14 juillet. Oui y'en avait surtout un.
Le voilà: à peine arrivé on voulait avoir en comité d'accueil le soir même tu vois, la fiesta donnée à l'Ambassade Française (la grande classe qu'on voulait) que voici:



On a pu entrer à l'intérieur du batiment, voir les appartements et faire des "ohhhhhb ahhhhhh c'est beauuuuu" car ce n'est jamais ouvert au public en temps normal. Conclusion je dois me trouver un fils d'ambassadeur pour avoir un bureau/atelier avec des sculptures, des tapisseries, des meubles dignes des plus beaux musées. Le problème c'est qu'après, si t'as tout ça devant tes yeux, tu bosses jamais, tu fais qu'admirer... bref passons mon envie d'ambassadrice.

Bien sûr le meilleur est arrivé après... vlà tipa qu'après le discours de M. l'Ambassadeur, à qui j'ai serré la main pendant qu'il tournait la tête pour saluer une amie botoxée et blondassé, y'a eu gros lachage à la garden party, c'était ici:




...donc un lachage de fauves que jdisais, surtout les ptits vieux, et vazy que jt'enfourne 4 petits fours ou 5 allez faut voir si le dentier peut tout encaisser.

Vêtue de blanc et armée de 3 verres :vin rouge, champ' of course et un mojito, au passage bien sûr j'ai comme prévu tâché (un peu) ma tenue, j'ai tout bu et passé ma soirée à aller de table en table à la recherche du petit four improbable.
Y'avait matière vu les trucs frits bien bourratifs et d'autres pimentés qui m'ont valu la palme du jetage sur le stand pain divers & variés (huilé aux olives, huilé à ché pu quoi d'autre...) puis au stand boisson sauf que là je visais la bouteille d'eau.

Cette première soirée s'est finalement achevée avec un gavage oesophagien et un mojito bu sur les quais du Tibre - le tout sur une balançelle avec les pieds jetés sur un coussin - La classe pour gueuler à minuit: Bon anniversaire!

Bref l'entrée en matière idéale pour mon séjour romain.
(même avec 1h de retard sur le vol, merci vueling)

vendredi 17 juillet 2009

A ton anniversaire dis merci à ta Mère et à ton Père





Juste pour montrer ce que j'ai vu en ouvrant ma boîte aux lettres en rentrant ce soir de Rome.

Une seule et unique vraie carte d'anniv et pas une virtuelle que tu visualises en surfant sur un dromadaire. Alors oui c'est rose, c'est moche (et c'était sûrement la plus belle de toutes les moches), mais ça peut sauver une vie.
Voilà une référence à Karl (ça c'est si tu captes pas ma phrase du dessus) et sa campagne pour le gilet jaune fluo de sécurité.

Merci à mes parents pour ne plus m'envoyer des cartes mickey, titi & gros minet et tigrou, surtout que la recette dessus doit être de mon niveau culinaire.

La semaine prochaine t'auras le récit de mon séjour à Rome et pendant que tu le liras, je serai sur une plage pas du tout abandonnée de l'océan atlantique en train de mater laquelle des filles a le plus de cellulite sur le m² qui m'entoure, comme n'importe quelle fille en somme...

lundi 13 juillet 2009

Comme un week-end en semaine...




Voilà où je serai demain aprem'. Je festoyerai dignement ou pas, selon la quantité de boisson bue ou non, la Fête Nationale à l'Ambassade Française. Oui Msieu'Dame.

Puis le lendemain je remettrai ça pour festoyer ma fête à moi, mon 1 an de plus à moi, bordel...

Pour les incultes qui sont restés en 4ème Abrutis il s'agit du Colisée et de la fontaine de Trévi où je jeterai toutes mes foutues pièces rouges en espérant que mes grumeaux soient moins ignards à la rentrée prochaine, et que la gente masculine soit moins lâche.

Sur ce jte laisse avec Etienne:

video

jeudi 9 juillet 2009

Richard & moi

Voilà comment j'ai retrouvé le sourire l'espace d'un court instant: ouais avec un truc antiparisien à la con: UN AUTOGRAPHE d'acteur.

Jte la fais courte.

Y'a maintenant 1h à peine je me suis promenée place Vendôme avec un ami pour fantasmer sur mon futur cadeau d'anniversaire virtuel. Je continue mon chemin et tombe rue St Honoré sur l'idole de mes 6 ans. Celui qui a joué dans Levy & Goliath, le genre a avoir plus de charme en vieillissant, le genre qui ferait fondre toute une communauté: RICHARD ANCONINA. Oudyah!




Je lui souris cruchement, il me sourit et me fait un clin d'oeil tout en étant aggripé à son portable. Je continue mon chemin tout en me retournant, on se regarde et là je ralentis le pas cherchant désesperement un papier et un crayon. Le drame de la prof d'arts pla en vacances: PAS DE PAPIER PAS DE CRAYON BORDEL!

Du coup il est allé à 8àHuit et a demandé au caissier un ticket de caisse et un crayon. J'ai eu mon autographe de môme et il a rendu le stylo en disant "je fais tout tout seul", moi j'étais scotchée fallait plus rien me demander.
Puis il m'a fait un bisou et m'a caressé la joue...pfiou

15 minutes plus tard jme ramassais dans les escaliers du métro...







ps: et bien sûr celui qui m'a aidé à me relever était un vieux type puant raaaaaa
pps: j'avais un beau bleu qui se finissait sur le genou gauche maintenant il n'est plus seul et je suis symétrique!

samedi 4 juillet 2009

Etat des lieux



Voilà.
Ce que je redoutais est arrivé à grands pas.
Pu de grumeaux et me voilà désemparée.
Pu rien pour m'aider à garder le cap, les amis profs sont déjà barrés en vacances, les autres amis sont of course au taf et occupés.
Bref je me fais bien chier alors que la plupart ne demanderait que ça: être 2 mois en vacances.

Que jte rassure non je ne fais pas de la provocation facile. Je ne suis pas la caliméro de la fonction publique.
Je fais juste un état des lieux, je remarque qu'au final t'as pas grand monde sur qui compter, alors ça ma bonne dam' jm'en aperçois qu'à l'aube de mes 28 printemps. Ouais parce que bientôt y'a un an de plus qui va pointer son nez.

Au final tu ne peux compter que sur toi voilà et finir en ermite ou pas.

Jveux bien penser à tout le malheur du monde, aux sans papiers, aux gamins qui crèvent de faim, à toute cette merde, aux crashs aériens, aux persécutés, je le fais pour relativiser et pour ne plus me centrer que sur mon problème. J'applique aussi le principe de "la vie est courte continue show must go on tout ça".

Je reste toujours figée sur ma propre merde, voilà c'est dit je n'y arrive pas.
Même les échasses ne m'aident plus, enfin peut-être juste le temps de l'achat et de les poser sur l'étagère, mais après tout me revient en pleine gueule.

Je sais que certains me connaissent en vrai et lisent ces lignes en disant que j'exagère, te cache pas je t'ai vu, mais là ces derniers jours la moindre remarque négative ou larme et je m'en prenais une directe pour abus de tristesse. Bah ouais, faut aller de l'avant, faut arrêter, faut se bouger qu'on te gueule le plus doucement possible dessus.

Et si moi j'en ai pas envie?
Et si j'étais restée bloquée?
Parce que toutes les tentatives de sorties (cinémas, resto, bars) ne sont que des placebos pour oublier le temps d'une soirée, ça ils doivent le savoir et te disent que le temps effacent tout.

Et si j'avais pas envie d'attendre ce "temps qui passe"?


Alors tu fais des plans pour avoir des projets qui remplacent ceux que tu avais et que tu n'as plus. Tu essaies de prévoir rien que pour la journée et c'est déjà beaucoup.

J'ai des choses par ci par là et je continue à me plaindre, jsuis vraiment pourrie gâtée ou bien?
Jcrois surtout que même avec des petits projets je continue à garder cette sensation en moi et à me dire que la fuite serait bien plus facile.

Alors pour finir tu sors de ton lit car t'as perdu le n° du dealer de sommeil, tu ressasses et tu finis par écrire sur le blog tout ça... tu balances alors qu'au final tu t'étais dit que jamais tu n'écrirais sur ta vie privée.